VIE NATIONALE

Commémoration de la victoire du 8 mai 1945

Grand Débat National

Réunion d'initiatives locales

vendredi 15 février

à 20h30

à la salle des fêtes de Nauviale

 

A l'initiative du Maire, Sylvain Couffignal, le Grand Débat national a réuni une douzaine de participants, vendredi 15 février en soirée, dans la salle communale.

Les échanges, animés par un médiateur indépendant, René Bécouze, ont duré 2 heures 30, autour des quatre grands thèmes fixés pour l'exercice et d'une expression libre sur d'autres sujets.

 

En voici les principaux éléments :

 

Fiscalité et services publics

Les participants insistent sur la nécessité d'une fiscalité plus équitable.

"Il y a aujourd'hui un sentiment d'injustice". Certains estiment qu'il y a eu aussi, pour le moins, des maladresses en ce qui concernent les décisions récentes en ce domaine, comme la suppression de l'ISF : "les plus riches continuent à augmenter leur richesse. D'autres ont du mal à joindre les deux bouts".

Comment rendre la fiscalité plus équitable ?

Les participants souhaitent (ou exigent) plus de progressivité dans l'impôt, avec des tranches supplémentaires, et non pas une accumulation de "réformettes". Certains pensent qu'il est nécessaire de taxer les entreprises qui ne font bénéficier que leurs actionnaires de leurs bénéfices. L'accent est mis aussi sur la lutte contre l'évasion fiscale, en soulignant que des mesures nationales ne sont pas suffisantes dans un contexte de mondialisation.

 Dans le domaine des dépenses publiques, certains dénoncent "l'indécence" du "revenu" des parlementaires alors que d'autres précisent que ce n'est pas plus que le statut d'un cadre supérieur pour des responsabilités importantes. Le statut des parlementaires, le contrôle et la transparence plus grande dans les dépenses publiques apparaissent  comme des "symboles" de l'expression de ce vendredi, afin de "redonner confiance en nos élus" et "croire à nouveau en notre système politique" et en la République.

 

Transition écologique

Sortie du nucléaire, interdiction du glyphosate... Des participants attendent toujours les décisions sur ces promesses du candidat Macron. Les enjeux environnementaux sont mis en avant, pour "ne pas accepter un monde silencieux, dans lequel les oiseaux ne chantent plus". 

Ils concernent le développement de l'éolien, celui des autres énergies renouvelables (hydroélectricité), du rail (en particulier dans des secteurs aussi ruraux que l'Aveyron), de la proximité des services pour éviter des déplacements inutiles.

"C'est une affaire de choix politiques", qui doit pour certains participants permettre de chercher des solutions locales et d'organiser un contre-pouvoir face à certains lobbies, de conserver la présence publique dans les transports SNCF ou les contrôles routiers (radars), taxer les carburants pour les avions et les bateaux...

C'est aussi un problème de comportements individuels. "Il faut changer les mentalités".

Et, pour faciliter les déplacements indispensables en milieu rural, organiser des transports publics plus efficaces, amplifier le covoiturage en harmonisant les horaires de travail dans les entreprises...

"La priorité pour l'énergie, c'est d'abord de ne pas gaspiller"'. D'où l'idée d'une source mixte et souple.

 

Organisation de l'Etat et des services publics

Pour un grand nombre de participants, la question de fond réside dans la manière dont sont prises les décisions en ce domaine. Exemple du compteur Linky.

"Il existe des dysfonctionnements dans de nombreuses prises de décision, qui sont imposées sans discussion. Ce sont des erreurs de démocratie".

Les participants mettent l'accent sur la nécessité d'une forte présence des services publics (notamment les hôpitaux locaux).

Ils revendiquent la présence d'un interlocuteur ("On passe d'une démarche de contact à un modèle Big Brother") en évitant un tout numérique qui éloigne les services des personnes.

 

Démocratie et citoyenneté

Les participants ne veulent pas d'une "perte d'identité" pour l'échelon local de l'organisation territoriale, en premier lieu la commune. "Trop de millefeuille" estiment-ils, qui éloigne la prise de décision de la population sans pour autant générer des économies de fonctionnement.

Le débat porte sur le non cumul des mandats ("Ce serait un très mauvais signal si on faisait marche arrière"), la reconnaissance du vote blanc (avec les difficultés qu'il peut aussi engendrer), la proportionnelle (pour une meilleure représentativité, mais qui pose aussi le problème de l'efficacité de l'exécutif et du risque de paralysie des institutions), du vote obligatoire (avis qui divergent), du référendum (qui doit être d'initiative citoyenne "comme une voie supplémentaire de la démocratie" et privilégier les questions de société, voire locales)...

Un participant avance l'idée d'un système de vote collectif, sur la base de "groupes actifs" (comme les associations).

D'autres informations  ici :

La lettre du Président de la République

Télécharger
Lettre du Président de la République aux
Document Adobe Acrobat 528.1 KB

Congrès des Maires 2018

Marie-Hélène CAVAILLES et Sylvain COUFFIGNAL se sont rendus au 101ème Congrès des Maires à Paris  les 20, 21 et 22 novembre 2018. Accompagnés de Françoise BERTRAND, les deux élus ont pu participer aux différents échanges et ateliers organisés au parc des expositions de Paris Porte de Versailles. Cela a été également l'occasion de visiter les nombreux stands des professionnels des collectivités territoriales dans un souci d'acquisition de méthodes et de contacts nécessaires au développement de la commune.

Grâce à l'invitation d'Anne HIDALGO,  Maire de Paris, la délégation nauvialoise a pu participer à la réception organisée à l'hôtel de ville de Paris.

Nos deux sénateurs Jean-Claude LUCHE et Alain MARC ont reçu aussi l'ensemble des élus aveyronnais au Sénat. C'est donc logiquement que l'équipe nauvialoise a pris part à ce temps fort.

Enfin, Sylvain COUFFIGNAL a participé comme un dizaine de Maires Aveyronnais à la réception organisée par Monsieur le Président de la République à l'Elysée. Cela a été l'occasion d'échanger quelques mots avec le Président pour rappeler la nécessité de ne pas oublier notre monde rural.


Hommage aux victimes de l'attentat de Nice

Comme sur l'ensemble des bâtiments publics de notre pays, le drapeau national a été mis en berne pour rendre hommage aux victimes du dernier attentat de Nice conformément aux directives du gouvernement.

J'ai souhaité en plus mettre le drapeau national sur le site de Beaucaire afin de montrer le respect de notre commune devant ces évènements tragiques.

Sylvain COUFFIGNAL